Littérature
Philosophie
Psychanalyse
Sciences humaines
Arts
Histoire
Langue
Presse et revues
Éditions
Autres domaines
Banques de données
Blogs
Éthique, Valeurs
Informatique, Média
Inclassables
Pays, Civilisations
Politique, Associatif
Sciences & techniques
Mélanges
Textes en ligne
Compagnie de la Lettre

Au Temps, Dictionnaire
Patrick Modiano


Quitter le Temps Blog

Quitter le Temps 2

Décoller du Temps

re présentations

Ressources universitaires

Plan du site
Presentation in english
Abonnement à la Lettre

Rechercher

© LittératureS & CompagnieS
1999-2017

 

L-Q

La lecture de certains textes nécessite le téléchargement du logiciel gratuit AcrobatReader

A-D        E-K      R-Z

L

Labyrinthe
"Labyrinthe est une revue fondée en 1998. Elle a pour ambition d’être un lieu de recherche et d’expérimentation dans le domaine des savoirs littéraires, philosophiques, historiques et sociaux. Elle est ouverte à tous les chercheurs, exigeants et curieux, quels que soient leur âge, leur statut et leurs orientations théoriques. Labyrinthe s’efforce en particulier d’accueillir autant de premières publications qu’il est possible. Hors de toute institution, de toute orthodoxie, la revue est interdisciplinaire ou, mieux, indisciplinée. Parce qu’il faut défendre la complexité, l’inachèvement et le fragmentaire, Labyrinthe entend encourager le déplacement du regard, la mise en œuvre d’approches croisées et la circulation des savoirs. À partir de notions, d’objets, de contextes ou d’espaces spécifiques, la revue cherche à ouvrir un lieu de travail réellement collectif, tout en respectant les modes d’argumentation, les protocoles d’expérience et la liberté d’écriture propres à chacun. Labyrinthe voudrait ainsi donner aux chercheurs l’occasion d’interroger leurs pratiques, de saisir les écarts qui les différencient et d’éprouver les rapprochements possibles."De nombreux numéros sont en ligne. (10-04-06)

Libération    
Le second quotidien national. Dossiers, Portraits, Rebonds, etc. Inévitable.

Libération Livres
L'actualité littéraire vue par Libération. Présentation des auteurs, critiques, dossiers... Retrouvez chaque semaine le cahier Livres dans votre boîte aux lettres. (30-06-03)

 

M

Le Magazine Littéraire  
Pour le moment, un site qui livre des informations générales sur le numéro du mois. A quand une mise en ligne de tous les articles de la meilleure revue littéraire française de vulgarisation ?

 

Magazine de l'homme moderne
Au sommaire, le situationniste Guy-Ernest Debord, le « sociologue énervant » Pierre Bourdieu, Noam Chomsky et consorts, des thématiques de société (médias, philosophie, sociologie, politique, économie) et, en vrac, chroniques, points de vue et autres énervements.  

Magazine électronique du CIAC (28-12-04)

 

Le Matricule des Anges
Une revue littéraire de très grande qualité qui défend la littérature contemporaine et qui affiche une authentique exigence dans ses choix esthétiques. Elle met ligne la grande majorité de ses articles ce qui permet de disposer d'un ensemble de textes sur des écrivains encore peu connus mais qui bénéficient d'un succès critique affirmé. A visiter régulièrement

Marges Linguistiques 
revue électronique en sciences du langage où les domaines traditionnels de la linguistique  et les champs plus ouverts de la pragmatique linguistique, de l'analyse conversationnelle, de l'analyse des interactions verbales et de la communication sociale sont mis en question. Un site de grande qualité.  

 

Médiévales
Créée en 1982, la revue semestrielle Médiévales publie des articles en français sur tous les aspects du Moyen Âge : histoire, littérature et linguistique mais aussi droit, archéologie et histoire de l’art. Éditée par les Presses Universitaires de Vincennes, elle accueille des contributions scientifiques originales réalisées par des chercheurs confirmés ou débutants. Chaque numéro de Médiévales comprend un important dossier thématique coordonné par un spécialiste et un ensemble de rubriques qui traitent de l’actualité de la recherche.
Un index par auteurs, notes de lectures et mots-clefs offre la possibilité à l'internaute d'effectuer des recherches directement sur le site, qui contient par ailleurs les articles dans leur intégralité. Chaque article a son "Abstract" en anglais. (08-04-08)

 

Le Monde   
L'incontournable quotidien, banque centrale de la culture française  qui s'est fort bien implanté sur le Web grâce à un site d'une grande lisibilité. Le classement des articles, les archives, la réactivité de l'équipe éditoriale en fait l'un des sites les plus visités aujourd'hui. 

Le Monde Diplomatique   
Trois années d'articles en ligne, une qualité éditoriale remarquable. Le site propose une revue de presse par mois, des dossiers thématiques composés d'articles des Cahiers du journal, de cartes commentées, de critiques d'ouvrages, de sélections de liens Internet… Le lecteur  peut s'abonner gratuitement à une lettre d'informations.  

Mots Pluriels
Revue internationale en ligne de lettres et sciences humaines, publiée depuis 1996 en Australie, avec un intérêt particulier pour des thèmes africains. (27-09-04) SITE INTERROMPU

 

Multitudes
"C'est une revue politique, culturelle et artistique à parution trimestrielle.
Son objectif est d’expérimenter de nouvelles conditions d’énonciation, et d’agencement de la politique en esquissant des problématiques qui traversent les champs de l’économie politique, de la philosophie, des pratiques artistiques ou des cultures émergentes du numérique libre.
Multitudes ré-interroge quelques auteurs de prédilection dans la philosophie française (Foucault, Deleuze, Guattari, mais aussi Tarde, Simondon), dans la philosophie classique (Machiavel, Spinoza, Nietzsche, Marx), dans l’opéraisme italien, mais aussi dans les subaltern studies, les minorities studies, les gender et queer studies. Elle discute et enrichit les débats ouverts par Negri et Hardt dans Empire et Multitude ; elle dialogue avec Gorz, Sloterdijk, Rancière, Badiou, Boltanski, Castel.
Elle explore des hypothèses nouvelles sur les transformations du capitalisme (Moulier Boutang, Vercellone, Marazzi, sur une pensée différentialiste des mouvements (Alliez, Lazzarato, Corsani, sur l’hacktivisme Internet (Blondeau) ou sur "les nouvelles subjectivités salariées" (Zarifian).
Multitudes s’intéresse à l’analyse de toutes les formes de domination, mais elle s’efforce aussi de déchiffrer dans les mouvements sociaux (en particulier le précariat, le cognitariat, l’intermittence) des nouveaux espaces de création, de liberté et de transformation.
Pour elle, la politique est hors les murs des institutions qui lui sont dédiées, et les savoirs ne sont pas enclos dans l’enceinte de l’académie. La puissance de l’invention déborde les élites, les classes, les avant-gardes, les masses, le peuple - tout comme le pouvoir contemporain se pense et s’effectue bien au-delà de la souveraineté.
Multitudes cherche à accompagner les mouvements sociaux qui travaillent le présent, en se mettant à leur écoute et en leur apportant l’écho de conceptualisations novatrices, de façon à édifier des repères communs et à augmenter la puissance et le désir d’agir dans mondialisation et dans la formation de l’Europe.
Compte tenu de la situation peu réjouissante des politiques institutionnelles et de la gauche traditionnelle, elle vise à « prendre la politique de revers », comme disait le dernier Foucault.
Autrement dit, Multitudes veut contribuer à ce que la politique puisse, dans ses représentations comme dans ses traductions pratiques, se conjuguer davantage avec intelligence, rigueur, espoir et invention. En ce sens, elle relève de l’utilité publique et de l’urgence.>>

N

Net des Etudes Françaises
Créé à Toronto par Russon Wooldridge, ce site répertorie des ressources portant sur l'histoire littéraire et linguistique, travaux francophone moderne et contemporain - notamment sous la forme de base de données textuelles interactives.
(27-09-04)


Nonfiction.fr
Le portail des livres et des idées
" (...) site d'actualité des idées et de critiques des livres animé par un collectif de chercheurs, de journalistes, de militants politiques, syndicaux et associatifs, de chefs d'entreprises et de créateurs de sites Internet. Il vise à renouer avec un journalisme intellectuel de qualité, à donner la parole à une nouvelle génération de chercheurs, à contribuer à moderniser les idées politiques progressistes, à défendre et valoriser les livres de sciences sociales et à ouvrir le monde des idées de notre pays à l'international.
Le site est défini par son nom qui renvoie à son domaine d'activité (il traite des essais, des documents et des articles d'idées, c'est à dire de tout ce qu'on appelle désormais la " non-fiction "). NONFICTION.FR se veut en effet un espace pluraliste et moderne qui entend contribuer à un travail de refondation politique sur une base pragmatique, non-idéologique, ancrée dans le réel - et non pas cantonné dans la fiction politique. Il entend puiser dans les expériences européennes et internationales, d'ou l'emploi d'une expression en français, " non-fiction ", mais également explicite ou traduisible dans plusieurs pays. Son logo, enfin, représente clairement la réconciliation souhaitée de l'écrit avec Internet (le pointeur de souris d'ordinateur trempé dans l'encre).
Penser l'avenir ne peut se faire qu'avec une nouvelle génération de chercheurs, de critiques et de journalistes. Le site donnera donc la parole à de nouveaux chercheurs, jeunes doctorants ou jeunes maîtres de conférences (son équipe comprend déjà 300 collaborateurs répartis dans 38 pôles thématiques qui ont accepté d'y publier régulièrement des critiques de livres). Il doit allier l'excellence, l'exigence avec la transmission, c'est à dire aussi avec la diffusion et la vulgarisation : c'est pourquoi ce site entend mobiliser, en plus des intellectuels et des chercheurs, les futurs journalistes d'idées. Or, Internet est un vecteur essentiel pour remplir ces missions. Le web n'est ni bon, ni mauvais en soi : il est ce que nous en ferons. Il doit devenir une source fiable d'information et un outil sérieux pour le développement des idées ; il peut aussi contribuer à une plus grande diversité d'opinion et de démocratisation des savoirs. Quand le journalisme intellectuel semble s'épuiser en France sur le papier, quand les espaces critiques sont de plus en plus étroits et que les comptes rendus de livres de " non-fiction " sont réduits à la portion congrue dans les journaux, NONFICTION.FR entend montrer que les idées peuvent se renouveler et s'épanouir sur le web sans relativisme excessif ni contrôle culturel. Nous pensons qu'Internet va devenir le lieu principal de la critique de livres - mais aussi de la critique de théâtre, de la musique, et bien sûr de la critique du web sur lui-même. Ces critiques " numériques " auront, et ont déjà, autant de valeurs que les critiques " papiers ". Cette excellence sera possible sur le web à condition de renouveler les conditions de production des articles, de favoriser de nouveaux styles et écritures propres au web, de donner la parole à de nouvelles générations de critiques et de définir de nouvelles règles déontologiques efficaces pour en finir avec les connivences et les renvois d'ascenseurs si fréquents dans le monde des critiques de livres aujourd'hui. Il s'agit de donner naissance à un journalisme intellectuel de qualité qui est en train de disparaître en France. Nous ne sommes donc pas inquiets quant à l'avenir de l'écrit : nous allons le préparer. (...)"
Ce site est avant tout un média. Il n'est pas un lieu de production intellectuelle propre, mais un média qui rend compte des idées, des articles et des sites existants, puisque c'est par l'écrit que se renouvellent les idées, les débats et les projets. Sur le modèle de la New York Review of Books, mais en version Internet, NONFICTION.FR propose des comptes rendus de livres de " non-fiction " et d'articles autour des sciences sociales et humaines. Ce portail pluraliste a pour but de rendre compte sérieusement de la vie des idées et des livres en appliquant à l'actualité les grilles de compréhension des sciences sociales. Ce site se propose également de commenter la production de l'ensemble des think tanks intellectuels et politiques, sans être un lieu de plus de production de contenus et de blogs : en cela il veut être utile pour tous. D'abord hebdomadaire, le rythme de publication des articles deviendra peu à peu quotidien et s'ouvrira à d'autres secteurs de la vie des idées. Parallèlement, et progressivement, ce portail s'ouvrira également à la vie des idées internationales à la fois pour se faire l'écho des débats internationaux et des livres étrangers, mais aussi pour permettre à la pensée française de mieux rayonner à l'étranger avec une interface en anglais. Ce portail permettra donc, à terme, de mieux valoriser les idées et la recherche françaises et de les exporter." (18-02-08)

 

 
Le Nouvel Observateur  
Informations sur l'actualité, dossiers spéciaux, articles du journal papier, forums de discussion, un accès au journal "Sciences et Avenir" et à quelques radios françaises sur internet.

 

NU(e)
"Pourquoi NU(e) ?
En choisissant ce titre de Nu(e), nous désirions marquer notre volonté d’aller vers la nudité, l’essentiel, une sobriété exigeante.
C’est Kenneth White qui écrit : « Eduquez vous en nudité. Orphée était nu sur une pierre » Cette volonté de dénuement de dévoilement guide toute notre démarche. Dépouillement de tous les voiles, voiles des chapelles poétiques, du formalisme, du commentarisme. Le titre marque donc cette volonté d’aller au-delà de tous les déguisements. Le e entre parenthèses est une façon de souligner la présence féminine dans la poésie contemporaine.Pour nous une revue est un lieu de partage, partage de création et de savoir. Le panorama de la poésie contemporaine est parfois fondé sur des exclusions. Le rôle de la revue nous semble plutôt résider dans l’ouverture et l’échange. De ce fait dans Nu(e) nous n’avons pas tendance aux manifestes, des courants très divers se côtoient sans jamais s’exclure, notre souci étant de faire entendre la mélodie de tout un orchestre polyphonique de voix. La revue recueille des approches poétiques différentes puis les réunit. Dans cette mise ensemble il y a une volonté de décloisonner, de mêler, de rapprocher, de faire se croiser, de passer d’une forme à une autre, d’une voix à une autre.
Ce rôle d’ouverture est également présent dans notre relation à d’autres cultures, à d’autres langues. Nous avons des correspondants et des abonnés dans plusieurs pays étrangers et nous essayons de publier le plus souvent possible des traductions avec le texte original en vis-à-vis.
A côté de la poésie, l’art plastique est également présent et nous travaillons toujours en collaboration avec des peintres, des graveurs ou des photographes. L’ouverture c’est aussi une certaine vocation de découverte. Nu(e) permet une sorte de galop d’essai et elle fait découvrir des voix nouvelles. Nu(e) est également occasion pour les grands auteurs de se confier, de baisser la garde. D’ailleurs même lorsque Nu(e) publie des auteurs déjà presque « classiques », elle leur laisse un espace différent de la grande édition et leur permet de s’exprimer d’une autre manière.
Nu(e) a donc le rôle d’un laboratoire, elle a quelque chose d’artisanal, c’est un lieu où s’expérimente la poésie. C’est aussi un lieu de travail, de correspondance, un lieu où tout le monde est à égalité, c’est le lieu de l’exercice de l’amitié au sens où l’entend Blanchot." (16-12-05)

O

L'Obs 
Informations sur l'actualité, dossiers spéciaux, articles du journal papier, forums de discussion, un accès au journal "Sciences et Avenir" et à quelques radios françaises sur internet.

Directory of Open Access Journals
DOAJ est un annuaire anglophone de périodiques en accès libre sur Internet. L’objectif de DOAJ est d’assurer une visibilité et un usage à plus de 500 webzine scientifiques et savants gratuits, quelle que soit leur thème, leur langue et leur pays d’origine. Une mise en avant du contenu gratuit et de qualité sur Internet. DOAJ propose un annuaire thématique et un moteur de recherche (par titre, mots-clefs ou sujet d’article) qui permet une distribution efficace et simple des nombreuses revues référencées. Chaque revue dispose d’une fiche technique et d’un lien permettant d’accéder au site officiel. (07-04-08)

Oeuvre ouverte, revue de littérature.   (14-04-10)
Site proposé par Laurent Margantin

P

 

Politis  
Une revue de gauche engagée qui tente de mettre le monde actuel en perspective. 

Le Portique
« Même si par l’heur d’un miraculeux œcuménisme de la pensée, les sciences humaines parvenaient à défendre de concert le projet d’une anthropologie générale, elles ne pourraient réaliser cette tâche, sans le secours et le concours de la philosophie. Pareillement, si nostalgique fût-elle de son antique position dans le champ du savoir, la philosophie trahirait sa mission, si elle se mettait en retrait des sciences humaines, afin de s’imposer en instance judicative des nouveaux savoirs que celles-ci mettent en œuvre. Que chacune de ces formations rallie son ordre propre et renonce à vouloir absorber ou dominer l’autre et, alors, on pourra assister à l’installation du débat démocratique dans la communauté scientifique des chercheurs et des enseignants. » Lire la suite…?
Le Portique, revue semestrielle de philosophie et sciences humaines, a été créée en 1997. Cette revue se veut carrefour de questionnements et de rencontres, lieu de recherche pour une approche transdisciplinaire. Elle met en dialogue les sciences humaines et la réflexion philosophique et entend garantir un pluralisme de points de vue. La version électronique présente le texte intégral des archives de la revue et des Cahiers de la recherche depuis 2003. (18-04-07)

Pratiques sociales
<< Aucune discipline ne vient à bout de son objet ; aucune profession ne rend compte des multiples registres qu'elle mobilise, ni des effets complexes qu'elle produit. "Subjectif/objectif, "individu/société", "privé/public" : autant de dimensions habituellement cloisonnées qui, en réalité, agissent les unes sur, dans et sous les autres. La logique de l'idéologie et celle de l'inconscient sont nouées l'une à l'autre, à la fois distinctes et inséparables, dans le désir de chaque sujet, dans les rapports entre les classes sociales, dans les contraintes structurales.
"Pratiques sociales" propose de construire une démarche qui interroge les évidences (aveuglements), les sous-entendus (malentendus), les consensus (leurres). Construire une démarche n'est pas appliquer une doctrine : il est ici question de savoir.
Le savoir relève de la rigueur théorique, de la recherche conceptuelle, de la discussion argumentée, - mais sans s'y réduire. Il a partie liée avec la jouissance. Le savoir ne va pas sans risque, en termes d'actes à poser, d'éthique à soutenir, de ça voir, de s'avoir... Se vouloir moins dupe, moins dupant : tel est le pari à tenir.
Penser le lien théorie/pratique : il s'agit d'identifier quelles théories sont toujours déjà à l'œuvre dans chaque pratique singulière. La question décisive comment faire ? est indissociable de la question fondamentale pourquoi faire ? L'enjeu en est la pertinence des méthodes et des stratégies, l'efficience des actions, l'impact des interventions.>> De nombreux textes sont publiés en ligne.(07-11-04)

Préfigurations.com
Située au carrefour des arts (théâtre, peinture, cinéma, BD, danse, poésie…), Prefigurations.com est une revue bimensuelle gratuite, disponible en ligne. Créée en 2000, elle propose l'analyse originale de spécialistes et artistes de tous bords autour d'un thème commun, et privilégie la découverte de jeunes talents. Son dernier numéro, consacré à l'urbanisme, est intitulé : "Actualités du nouveau - Quand les villes étaient neuves." Un architecte, un chorégraphe, un paysagiste et un peintre y offrent une réflexion sur la Los Angeles oppressante de "Blade Runner" ou l'architecture "punk" de Beaubourg. (31-10-05)

 

Princeton Dante Project / Anglais /
Ce projet constitue une version électronique annotée de la Commedia. La recherche est possible sur le texte intégral. Les fonctions d'interrogation d'un commentaire suivi rédigé par Robert Hollander et du dictionnaire des noms propres de Paget Toynbee, ne sont disponibles que pour les premiers Chants de l'Inferno. On trouve également les autres écrits de Dante en ligne. (27-09-04)

 

publif@rum    (02-02-13)
Depuis 2004, la revue Publif@rum est un espace de publication à la recherche en linguistique, littérature et culture de langue française. La revue est publiée par les chercheurs de la section de français du département de Sciences de la communication linguistique et culturelle (DISCLIC) de l'Université de Gênes. Les numéros publiés sont issus de projets de recherche de l'équipe de F@rum ainsi que de projets extérieurs qui nous ont semblé intéressants. La revue contient aussi une section de comptes-rendus surl'actualité linguistique (Carnets de lecture) et littéraire (Coin de lecture).

 

Q

Quasimodo
"Comment percevons-nous notre propre corps ? Le corps de l’autre est-il fondamentalement différent ? Ces questions, d’ordre esthétique, ont une dimension excessivement politique : le corps de l’autre renvoyé à une étrangeté fondamentale est souvent prétexte à la discrimination et au rejet. Or, la perception de cette différence n’est pas un phénomène aussi naturel qu’on voudrait le penser. Le bizarre, c’est toujours l’autre, le normal c’est toujours soi. Et pourtant nous sommes aussi différents de lui que lui de nous… Donc bizarre nous le sommes aussi pour l’autre."
Ce site vous propose principalement des informations sur les publications de la revue Quasimodo, qui est spécialisée dans les analyses socio-politiques du corps. Il vous est donc possible d’y consulter le sommaire de chaque numéro paru, ainsi que divers comptes-rendus de presse le concernant, mais également de télécharger des articles ou l’intégralité d’ « anciens » numéros, ainsi que des textes publiés ailleurs par des membres de la rédaction.
La qualité des articles de cette revue est désormais une référence dans l'analyse sociologique et anthropologique. (20-12-05)

Questions de style
"La revue électronique Questions de style entend traiter de la notion de style comme processus toujours renouvelé de production singulière du sens, au travers de l'appropriation, respectueuse ou non, de formes historiques repérables. Loin de porter sur la seule détermination d'un idiolecte qui serait le style d'un auteur, elle met en jeu la notion même de ce qui à une époque ou à une autre, fait sens, elle attire l'attention vers les procédures d'obtention du sens : c'est dire qu'elle est à prendre comme une question de poétique à part entière." Dossiers.
(19-04-09)

 

 

 

A-D        E-K      R-Z

Liens brisés

 © LittératureS & CompagnieS

R24-12-15


 

Umberto ECO
Nous voulions penser le grand métissage du troisième millénaire. L’ordinateur et l’Internet sont la véritable révolution du siècle. Comme l’imprimerie, ils peuvent modifier notre façon de penser et d’apprendre. La presse de Gutenberg a produit la libre interprétation de la Bible, ruiné les enlumineurs et provoqué l’apparition d’une nouvelle pédagogie, fondée sur les livres et les images. Avant l’imprimerie, un enfant ne pouvait pas avoir de manuscrit. Aujourd’hui, avec l’Internet, nous pouvons savoir des choses que nos ancêtres mettaient une vie à connaître. (…)
Jusque-là, les Églises, institutions scientifiques, etc. avaient pour fonction de filtrer et de réorganiser la connaissance et l’information. Ces intermédiaires restreignent ma liberté intellectuelle, mais garantissent que la communauté a filtré l’essentiel. Sans filtrage, il y a risque d’anarchie du savoir. Heureusement qu’enfant, l’école m’a dit «voilà on a filtré ça pour toi, la structure du système solaire, la chimie...». Les réseaux nous font perdre le filtrage des institutions, même si celles-ci le faisaient parfois de façon erronée. Pendant deux mille ans, tout le monde était d’accord sur le système de Ptolémée. Puis on a découvert que Galilée avait raison, et le filtre a changé. (…)


Quel jugement portez-vous sur ces bouleversements de la transmission de la connaissance? Je ne suis ni optimiste ni pessimiste. Il faut se préparer à faire face. Je ne suis pas un hégélien qui croit que le progrès est toujours positif. Je suis réaliste au sens où aucun chef d’État ni aucune organisation ne peut abolir l’Internet, dans la même mesure qu’aucun n’a pu l’imposer. L’Internet entraîne une dénationalisation du savoir. On peut penser que les États nationaux nés au siècle dernier vont disparaître au profit de liens virtuels entre villes aux intérêts communs. En France, on craint le vent de la globalisation qui imposerait l’anglais. Peut-être qu’au contraire, le modèle du millénaire sera saint Paul... Né en Perse dans une famille juive qui parlait grec, il lisait la Torah en hébreu, puis a vécu à Jérusalem où il parlait araméen. Lorsqu’on lui demandait son passeport, il était romain. Exemple intéressant de globalisation: l’Empire romain n’a pas imposé de langue unique sur son territoire.
Umberto Eco, propos recueillis par Florent Latrive et Annick Rivoire à propos du «Manuel interactif du savoir»  Libération, 7/01/2000

 

 

 

Sur quels piliers essentiels, sur quelles certitudes intériorisées de longue date s’appuie notre vision du monde ? De quelles quelle archéologie morale l’homme occidental est-il, sans en être toujours conscient, le produit ? Pourquoi croyons-nous spontanément à ceci  et non point à cela ? l’égalité, le progrès, l’universel, la liberté, la démocratie, la raison… Quelle la nature du lien qui nous rattache à ces convictions ? Saturés d’Histoire, accoutumés à l’omniprésence naturelle de ces valeurs, nous avons du mal à comprendre que chacune d’elles fut le résultat d’une longue maturation historique. C’est cette Histoire qui doit interroger quiconque entend résister aux désagrégations en cours. Aucune de ces valeurs ne tombe en effet du ciel. Aucune n’est le fruit du hasard. Aucune, surtout, ne va de soi, ce qui  signifie qu’elles pourraient ne pas être. Ou pire encore, ne plus être. Tout est là. C’est par défaut que se définit le mieux la barbarie imaginable.
Jean Claude Guillebaud, "La Refondation" du monde, Seuil ed, p 88, 1999).