Littérature
Philosophie
Psychanalyse
Sciences humaines
Arts
Histoire
Langue
Presse et revues
Éditions
Autres domaines
Banques de données
Blogs
Éthique, Valeurs
Informatique, Média
Inclassables
Pays, Civilisations
Politique, Associatif
Sciences & techniques
Mélanges
Textes en ligne
Compagnie de la Lettre

Au Temps, Dictionnaire
Patrick Modiano


Quitter le Temps Blog

Quitter le Temps 2

Décoller du Temps

re présentations

Ressources universitaires

Plan du site
Presentation in english
Abonnement à la Lettre

Rechercher

© LittératureS & CompagnieS
1999-2017

 


Revues, Études, Textes

 

ArtAujourdhui.com
Actualité quotidienne du marché de l'art dans le monde. Annuaire des lieux d'expositions et dictionnaire des artistes. Agenda des foires, expos, vernissages... 

Artpress 
LA revue sur l'Art contemporain publiée en anglais et en français qui propose en ligne  une part de ses articles. Dossier du mois, Art, Littérature, Vidéo, Photographie. Une revue de références qui réclame des visites régulières.  (28-10-03)

 

transversale
« Trans | ver | sa | le - 1 eine Figur durchschneidende Gerade; 2 ein Land durchquerende Eisenbahnstrecke oder Fahrstraße / transversal, ale, aux adj. - 1. Qui traverse en coupant perpendiculairement au sens de la longueur (ou de la hauteur). Quitter le boulevard et prendre une rue transversale. 2. GÉO. Le profil transversal résulte de l'abaissement des versants par l'ablation des débris. 3. PHYS. La langue est constituée d'une charpente ostéofibreuse, qui comporte l'os hyoïde et deux membranes fibreuses, l'une verticale (le septum médian), l'autre transversale (la membrane hypo-glossienne), sur lesquelles viennent se réunir les dix-sept muscles qui assurent à la langue sa grande mobilité. 4. SOC. compétence transversale: Savoir-agir complexe fondé sur la mobilisation et l'utilisation efficaces d'un ensemble de ressources. »
Ce site est une plate-forme sur Internet et une revue annuelle européenne, publiée pour le compte de l'université Franco-Allemande. Des contributions issues des différentes sciences humaines et sociales ainsi que des disciplines artistiques y sont agencées de façon à entrer en dialogue. L'objectif est d'explorer la pensée européenne et de contribuer ainsi à l'élaboration d'une poétique culturelle de l'Europe. A côté de chercheurs et d'artistes français et allemands, seront sollicités des auteurs venant de tous les pays européens. Dans cette démarche, la « connaissance » n'est pas conçue comme un bien cumulable, mais plutôt comme un chantier permanent - arts et sciences en recherche transversale Erkundungen in Kunst und Wissenschaft accueille les différents modes de travail scientifiques et artistiques non pas malgré, mais en raison de leur diversité et encourage ses auteurs à inventer des modes d'expression qui assument ouvertement leur nature réflexive, essayiste et discursive. Cela exige de la part des auteurs le courage de quitter les sentiers battus et de s'aventurer en terre inconnue. (27-04-09)

 

Culture visuelle articles    (26-10-10)

Études sur l'art africain -
Un site très complet qui propose de nombreux textes qui permettent de découvrir les diverses "pratiques" selon l'époque, le pays, les ethnies. Une somme pour qui veut comprendre un art qui eut une influence décisive sur les artistes au début du XXe siècle. (25-07-03)

 

Etudes photographiques
"Editée par la Société française de photographie, Études photographiques est la seule revue francophone consacrée à la recherche en matière de photographie. (13-01-07)

Ironie
Pourtant, ni raillerie, ni dérision, plutôt une interrogation critique et ludique sur l'art, la peinture, la littérature... Cette revue pose d'étranges questions, aborde des thèmes peu courants sous des angles inhabituels et donne des clés de lecture hors des sentiers battus. Parmi les archives ironiques (97 numéros sont parus à ce jour), on butinera de l'écriture mystique à l'art du tendre en passant par le rire de Renoir ou encore Picasso politique. L'intégralité des précédents numéros d'Ironie, ainsi que la totalité des suppléments et des numéros spéciaux, sont consultables sur le site (et imprimables à volonté).
(27-07-04)

La Critique.org
Revue d'art contemporain en ligne, trouvant sa spécificité dans la qualité et l'exigence d'une approche critique « in process », au plus près des oeuvres mais aussi des artistes et des intermédiaires de la création, galeries, centres d'art, musées, collectionneurs…
C'est une revue partisane qui souhaite remettre à sa juste place le rôle de la critique d'art. Elle mène des partenariats avec des revues papier et des manifestations innovantes.Elle affirme une position, attentive, engagée et active, très vigilante quant aux conditions de production des oeuvres et aux situations sociales, économiques et politiques de l'art. (09-04-07)

Journal of contemporary art on line /anglais/
Revue d'art contemporain proposant essentiellement des entretiens avec des artistes. Accès à une partie des archives de la revue née en 1988. (25-02-03)


Paris-art.com
<< Depuis le mois de juin 2002, nous avons mis en ligne plus de 500 articles illustrés par 1 800 images, près de 200 ouvrages, etc. Le site est conçu de telle façon que tout est toujours immédiatement accessible, en trois clics seulement, et sans passer par le protocole compliqué des archives. Le pari est double : mettre ce formidable outil qu'est Internet au service de l'art contemporain, et contribuer à accroître la part de la culture dans Internet. Il s'agit donc d'une double action : en direction du milieu de l'art contemporain et en direction de l'univers d'Internet. (...) Notre but est de proposer un panorama large, aussi pertinent que possible, actualisé quotidiennement, parfaitement documenté, facile d'accès, formellement attrayant, et évidemment gratuit, de la vie de l'art contemporain à Paris et en Ile-de-France. (...)>>  (26-01-03)

Polart (Poétique et Politique de l'Art)
Des chercheurs qui travaillent sur les rapports entre art, langage et société. Autour de ce questionnement, le site propose des actualités, des dossiers, des bibliographies et des articles en ligne. (29-07-05)

 

 

TEXTES de CAROLINE ZIOLKO

 

Caroline Ziolko, "Michel Rovner. Corps, art et imaginaire contemporain" NOUVEAU (17-07-2016)

Caroline Ziolko, Guerre, peinture et opinion Pablo Picasso/ Bernard Buffet (27-07-12)

Caroline Zioloko Henri Cartier-Breson : le Leica, la rue, la vie en franc-tireur de la Street Photography
(05-04-09)

Caroline, Ziolko Fields, installations vidéo de Michal Rovner. (01-01-06)

Caroline Ziolko La Collection : photographies numériques de Bernard Obadia (18-11-05)

Caroline Ziolko, Photos, blogs and co Article
(18-11-05)

 

 

 

Liens brisés

 © LittératureS & CompagnieS

R18-08-15


 

 

"Le dessin et la couleur ne sont point distincts. Au fur et à mesure que l'on peint, on dessine. Plus la couleur s'harmonise, plus le dessin se précise. Quand la couleur est à sa richesse, la forme est à sa plénitude."
" La lumière et l'ombre sont un rapport de couleurs. Il n'y a ni peinture claire, ni peinture foncée, mais simplement des rapports de tons. Quand ceux-ci sont mis avec justesse, l'harmonie s'établit toute seule."
" Faire un tableau, c'est composer. La peinture est l'art de combiner des effets, c'est à dire d'établir des rapports entre les couleurs, les contours et les plans." Paul Cézanne

" L'an dernier j'ai suivi Claude Monet à la recherche d'impressions. Ce n'était plus un peintre, en vérité, mais un chasseur. Il allait, suivi d'enfants qui portaient ses toiles, cinq ou six toiles représentant le même sujet à des heures diverses et avec des effets différents. Il les prenait et les quittait tour à tour, suivant les changements du ciel. Et le peintre, en face du sujet, attendait, guettait, le soleil et les ombres, cueillait en quelques coups de pinceau le rayon qui tombe ou le nuage qui passe, et, dédaigneux du faux et du convenu, les posait sur la toile avec rapidité. Je l'ai vu saisir ainsi une tombée étincelante de lumière sur la falaise blanche et la fixer à une coulée de tons jaunes qui rendaient étrangement surprenant l'effet de cet insaisissable et aveuglant éblouissement. Une autre fois, il prit à pleines mains une averse abattue sur la mer et la jeta sur sa toile. Et c'était bien de la pluie qu'il avait peinte ainsi, rien que de la pluie voilant les vagues, les roches et le ciel à peine distincts sous ce déluge."
La vie d'un paysagiste, 28 septembre Maupassant, 1886

" Dire que la couleur est redevenue expressive, c'est faire son histoire. Pendant longtemps, elle ne fut qu'un complément du dessin. Raphaël, Mantegna ou Dürer, comme tous les peintres de la Renaissance, construisent par le dessin et ajoutent ensuite la couleur. Au contraire les Primitifs italiens et surtout les Orientaux avaient fait de la couleur un moyen d'expression... De Delacroix à Van Gogh et principalement à Gauguin en passant par les impressionnistes qui font du déblaiement et par Cézanne qui donne l'impulsion définitive et introduit les volumes colorés, on peut suivre cette réhabilitation du rôle de la couleur, la restitution de son pouvoir émotif." Matisse (1945)


" L'Art moderne repousse généralement la plupart des moyens de plaire mis en œuvre par les grands artistes du temps passé [...] Les peintres nouveaux procurent à leurs admirateurs des sensations artistiques uniquement dues à l'harmonie des lumières impaires [...]C'est un art plastique entièrement nouveau. Il n'en est qu'à son commencement et n'est pas aussi abstrait qu'il voudrait l'être. La plupart des nouveaux peintres font bien de la mathématique sans le ou la savoir, mais ils n'ont pas encore abandonné la nature qu'ils interrogent patiemment à cette fin qu'elle leur enseigne la route de la vie."
Les peintres cubistes, Guillaume Apollinaire 1913

" A cet égard, on comprend l'hésitation et même le recul de quelques uns devant la peinture de Nicolas de Staël d'apparence trop élémentaire pour eux. Ils lui cherchaient une profondeur, et celle-ci, il la leur présentait, comme fond les grands artistes, tout en surface, et avec ce dépouillement qui est si long à obtenir à partir d'une richesse originelle, dépouillement d'ailleurs qui n'entame en rien cette richesse. [...] Cette peinture faite à l'aide des sensations tactiles et motrices, qui emploie la truelle et le couteau plus que le pinceau, finit par caresser le cœur. C'est -comment dire ?- une sorte de rêve abstrait."
Portrait posthume de Nicolas de Staël, Jean Grenier 1955

 

De la surface vers le 'centre vital interne' de l'œuvre d'art : observer d'abord les détails à la superficie visible de chaque oeuvre en particulier (...); puis grouper ces détails et chercher à les intégrer au principe créateur qui a dû être présent dans l'esprit de l'artiste; et finalement revenir à tous les autres domaines d'observation pour voir si la 'forme interne' qu'on a essayé de bâtir rend bien compte de la totalité. 
Léo Spitzer, Etudes de style, Editions Galimard, Paris, 1970, pp. 60 et 61.

 

Renoncer en quelques sorte à connaître l'art de penser et d'écrire dans ce qu'il y a de plus fin et de plus délicat : ce serait à-peu-près renoncer à connaître les lois, les principes du goût. 
P. Fontanier, Les figures du discours, Éditions Flammarion, Paris, 1977, p. 67.

 

Quand je peins, je suis dans ce que je ne sais pas. Claude Viallat

 

 

"Quels que soient les avatars de la peinture, quels que soient le support et le cadre, c'est toujours la même question : qu'est-ce qui se passe, là. Toile, papier ou mur, il s'agit d'une scène où advient quelque chose (et si, dans certaines formes d'art, l'artiste veut délibérément qu'il ne se passe rien, c'est encore une aventure)."

Roland Barthes

 

Lorsqu'un artiste lutte avec la matière, toile, bois, son, mots, bien que cette lutte produise, chemin faisant, des imitations précieuses sur lesquelles nous pouvons réfléchir sans fin, c'est tout de même cette lutte et cette lutte seule qu'en dernière instance il nous dit : c'est là sa première et dernière parole.   

Roland Barthes, "Sollers écrivain" 1978, Seuil ed.

 

 

Dans l'appréhension que nous avons des objets, on oublie trop souvent une détermination pourtant décisive : le niveau de perception : en subvertissant simplement la taille des objets présentés, on crée des objets tout nouveaux, bien que ce soit toujours le même référent : changer de niveau de perception c'est révéler l'inconnu.             

Roland Barthes, "Préface" à un album de photographies de Lucien Clergues, "Langage des sables", Agep, ed, 1980

 

 

 

Quels que soient les avatars de la peinture, quels que soient le support et le cadre, c'est toujours la même question : qu'est-ce qui se passe là ? Toile, papier ou mur, il s'agit d'une scène où advient quelque chose (et si, dans certaines formes d'art, l'artiste veut délibérément qu'il ne se passe rien, c'est encore là une aventure). Aussi faut-il prendre le tableau (gardons ce nom commode, même s'il est ancien) pour une sorte de théâtre à l'italienne : le rideau s'ouvre, nous regardons, nous attendons, nous recevons, nous comprenons; et la scène passée, le tableau disparu, nous nous souvenons : nous ne sommes plus les mêmes qu'avant : comme dans le théâtre antique, nous avons été initié.
Roland Barthes, l'Obvie et l'Obtus, Seuil ed,  p 63, 1982 

 

 

ÊTRE MODERNE (1)
Être moderne, n'est-ce pas connaître vraiment ce qu'on ne peut pas recommencer.
Roland Barthes, Bruissement de la Langue, p77, "De l'œuvre au texte"

 

 

ÊTRE MODERNE (2)
Être moderne, c'est savoir ce qui n'est plus possible.
Roland Barthes, Requichot et son corps  (1973) , in l'Obvie et  l'Obtus, Seuil ed,  p 211, 1982

 

 

LA REPRÉSENTATION
Au sens courant, qui est celui dont relève l'œuvre classique, la représentation désigne une copie, une illustration, une figure analogique, un  produit ressemblant ; mais au sens étymologique, la re-présentation n'est que le retour de ce qui s'est présenté ; en elle le présent dévoile son paradoxe qui est d'avoir déjà  eu lieu (…)
(Roland Barthes, Requichot et son corps (1973) , in l'Obvie et l'Obtus, Seuil ed,  p 207, 1982)