Littérature
Philosophie
Psychanalyse
Sciences humaines
Arts
Histoire
Langue
Presse et revues
Éditions
Autres domaines
Banques de données
Blogs
Éthique, Valeurs
Informatique, Média
Inclassables
Pays, Civilisations
Politique, Associatif
Sciences & techniques
Mélanges
Textes en ligne
Compagnie de la Lettre

Au Temps, Dictionnaire
Patrick Modiano


Quitter le Temps Blog

Quitter le Temps 2

Décoller du Temps

re présentations

Ressources universitaires

Plan du site
Presentation in english
Abonnement à la Lettre

Rechercher

© LittératureS & CompagnieS
1999-2017

 

Jean-Pierre OSTENDE (texte)

Franck POURCEL (Photographies)

VOUS QUI TUEZ LE TEMPS

Editions, Le bec en l'air (2007)

 

Dimanche 5 mars 2006
Pour la plupart des êtres humains il est devenu insupportable d’être triste, d’être fatigué, de ne pas être enthousiaste. Plus personne n’accepte de n’être pas bien. Ni d’attendre que cela revienne. Il faut tout de suite aller bien à nouveau. Et vite. Le toxico aussi est dans la vitesse. Même quand il s’agit d’accélérer le temps il s’agit de le tuer, c’est toujours un rapport au temps. Le problème est l’instant. Les gens qui viennent chercher quelque chose veulent une réponse dans l’instant. Ils sont accrochés à l’instant.
Le deuxième problème est le lendemain.

 


Lundi 6 mars 2006
Ici viennent ceux que l’on n’est pas arrivé à, que l’on n’a pas réussi à, avec toutes ces écoles, ces cours, ces conseils, professeurs, parents, livres, émissions, guides, méthodes d’éducation et d’apprentissage, ces leçons, ces médecins, ces infirmières, ces éducateurs, ces psychologues, ces conseillers, ces missions d’action culturelle et de prévention.
Dans la confusion avec application.
Parfois ceux qui viennent chercher quelque chose apportent des cadeaux. Parfois ils hurlent. Des gobeurs se mettent en pétard. Ils veulent gober plus. Ils n’en ont plus.
Les êtres humains crèeront-ils un jour « les congés payés chimiques »?

Samedi 25 mars 2006
Un toxicomane se souvient de l’expression « No dope no hope »,
un autre toxicomane se souvient de l’expression « drogues douces »,
un autre toxicomane se souvient de la phrase « la position toxicomaniaque est une position d’extrême jouissance »,
un toxicomane se souvient de la phrase « les toxicomanes sont des champions pour aller mieux »,
un toxicomane se souvient de la phrase « ils ont trouvé une solution pour échapper au malheur en plongeant dedans »,
un toxicomane se souvient de la phrase « j’ai mangé tous les roubignols de ma mère » (rohipnol).

Lundi 27 mars 2006
Un toxicomane ne se souvient pas bien de la phrase « le toxicomane comme figure contemporaine du consommateur du manque de l’excès du vide de l’amoureux de la vitesse du désir du jouisseur insatisfait du risque de la catastrophe du déchet du rebut de l’horreur de la panique de la peur de la pollution liée à la peur de manquer un jour liée à la peur du vide à la peur de la mort ouf »,

Dimanche 2 avril 2006
« Nous voulons être comme vous » disent souvent les gens qui viennent chercher quelque chose aux gens qui travaillent ici.
Ils disent souvent qu’ils veulent être comme eux.
Ils veulent être dans la consommation autorisée.
Ils veulent consommer comme les gens qui travaillent ici, la même chose que les gens qui travaillent ici. Vivre entouré de murs et de fenêtres, rouler dans une ferraille à roulettes, avoir une femelle ou un mâle, se reproduire.
Ils veulent la consommation des produits et des droits, la consommation de l’amitié, du savoir, des relations, des maisons comme tout le monde, des anniversaires, la consommation des vacances, des chaussures, des restaurants, des téléphones, des voisins, des voyages, du son, de l’air, la consommation de l’essence, la consommation de la mer, du sable, du pain, des jeux, des vêtements, des montagnes, des médicaments, des gâteaux, la consommation des études, des stages, des formations, des émissions de télévision, des diplômes, des matches de tennis, de football, la consommation de la vie, la consommation du monde réel, de la réalité, de ce qui va de plus en plus vite, de ce qui s’accélère, parce qu’ils aiment la vitesse comme tout le monde, de plus en plus, la vitesse et la consommation de tout ce qui mange le temps.

Samedi 15 avril 2006
On lance un produit sur le marché. On lance un nouveau marché.
Tous les jours les êtres humains lancent un produit et un marché. C’est devenu un geste : lancer un produit, lancer un marché.
Un marché de la consommation, un marché de la prévention, un marché de la santé, un marché du modèle, un marché du plaisir, un marché de l’inquiétude, un marché de la construction, un marché alimentaire, un marché de la génétique, de la sécurité, de la prospective, de la religion,de la sagesse, des armes...
Les êtres humains consommateurs modernes ont de plus en plus de marchés et de choses à consommer sur les marchés. Jusqu’à devenir chose. Jusqu’à consommer leur propre corps. Ceci est mon corps, ceci est mon sang. Jusqu’à faire du corps une chose. Jusqu’à faire le choix d’être une chose dans la société des choses et des objets. Le corps est une matière première. Avec un produit pour la transformation. C’est en ce sens que l’addiction est un comportement moderne. C’est le consommateur à l’état pur. Il y a de l’idée fixe dans la consommation, de la monomanie, de l’obsession. Les sociétés d’accumulation à outrance, de consommation à outrance et de gaspillage à outrance sont fortement travaillés en permanence par le manque à outrance, l’excès et les déchets à outrance. Le sexe se consomme comme l’amitié, la famille, les relations, la nourriture, les loisirs, la distraction, l’énergie, c’est une consommation générale de l’échange du temps du service du corps de la pensée du vide de la place du père et de la mère de la famille du marché des bébés des enfants des petits-enfants des listes comme des excès, des excroissances, pour mieux répondre à la profusion.
L’extase pour cinq euros.
L’absolu ment.

Le Bec en l'air, éditions

Liens brisés