Littérature
Philosophie
Psychanalyse
Sciences humaines
Arts
Histoire
Langue
Presse et revues
Éditions
Autres domaines
Banques de données
Blogs
Éthique, Valeurs
Informatique, Média
Inclassables
Pays, Civilisations
Politique, Associatif
Sciences & techniques
Mélanges
Textes en ligne
Compagnie de la Lettre

Au Temps, Dictionnaire
Patrick Modiano


Quitter le Temps Blog

Quitter le Temps 2

Décoller du Temps

re présentations

Ressources universitaires

Plan du site
Presentation in english
Abonnement à la Lettre

Rechercher

© LittératureS & CompagnieS
1999-2017

 


Langue, Histoire

 

L'alphabet, machine libératrice par Catherine Kintzler (28-07-14)
A propos du livre de Eric Havelock Aux origines de la civilisation écrite en Occident

 

BOF (bréviaire d'orthographe française) de Marc Goldstein ! Précieuse ressource pour de nombreux usagers de la langue française Le BOF peut également être téléchargé au format HLP (fichier d'aide de Windows). (revisité le 06-04-2015)

FRANCE TERME
"Vous avez besoin d'un terme français ? Ce site est consacré aux termes recommandés au Journal officiel de la République française. Il regroupe un ensemble de termes de différents domaines scientifiques et techniques et ne constitue en aucun cas un dictionnaire de langue générale. Certains de ces termes sont cependant d’usage courant. L’emploi des termes recommandés s’impose à l’administration, mais chacun peut les adopter. Abonnez-vous pour être tenu informé des publications dans les domaines qui vous intéressent et participez à l'enrichissement de la langue française en nous déposant vos suggestions dans la boîte à idées."
(19-08-08) (revisité le 06-04-2015)

L'orthographe recommandée
Ce site a pour objet de présenter aux internautes les rectifications de l'orthographe française, officiellement recommandées. "Une série de rectifications de l'orthographe française ont été publiées officiellement au Journal officiel de la République française. Ces rectifications, modérées, qui vous sont présentées sur ce site, touchent environ deux-mille mots et ont été élaborées par le Conseil supérieur de la langue française de Paris avec l'Académie française et les instances francophones compétentes, qui les ont approuvées. Elles n'ont pas de caractère obligatoire et, durant une période indéterminée, aussi bien l'orthographe "nouvelle" (qui est recommandée) que l'orthographe "ancienne" (laquelle reste admise) sont considérées comme correctes. Désormais, la nouvelle orthographe est recommandée." Sur ce site, l'on retrouve une introduction, des informations générales et un bref historique, une présentation de l'orthographe recommandée ( résumé des règles, guide), une rubrique sur la modernisation du français, une autre pour les usagers directement concernés (professeurs, élèves et parents d'élèves, professionnels de la communication, agents de la fonction publique), une foire aux questions, quelques adresses... (21-08-08) (revisité le 06-04-2015)

  Orthotypographie Le site de Jean-Pierre LacrouxBibliographie d'orthotypographie   (revisité le 06-04-2015)

la ponctuation.com (02-02-13)
Un site complet et fort clair pour connaître les signes de ponctuation, leur graphie, leur rôle, les règles d'usage en typographie française et anglaise et même leur histoire.
Qui est derrière la-ponctuation.com ?
Une petite équipe de professionnels du web et de passionnés de la langue française. L'une d'entre nous, un jour agacée de voir se multiplier les points d'exclamation et points de suspension, a eu l'idée de faire un site mémo dans lequel on pourrait se rafraîchir la mémoire, trouver facilement les règles et les usages de tel ou tel signe. Et comme le projet semblait intéresser notre entourage, professeurs, étudiants et rédacteurs, nous avons eu envie de le mettre à la disposition de tous. Travaillant sur le web, donnant régulièrement des cours à des apprenants, enfants ou adultes, nous connaissons la richesse du Net et en même temps ses manques. Aussi, avons-nous voulu ce site fiable, facile à utiliser, agréable à consulter et accessible à tous. (revisité le 06-04-2015)

SYNERGIES Canada    (14-04-10)
" Synergies Canada est une revue ouverte à l'ensemble des sciences de la communication et du langage. Sa vocation est de promouvoir l'usage du français dans la communauté scientifique internationale. Assumant une approche résolument interdisciplinaire, la revue Synergies Canada, publiée une fois par an, vise à construire son rôle d'une voie ouverte sur les différentes pratiques et réflexions autour de la langue française telle qu'elle est vécue, enseignée et pratiquée.
Synergies Canada est associée au GERFLINT (Groupe d'Études et de Recherches pour le français langue internationale) et fait partie du réseau international des revues Synergies créées selon un principe d'échange et de partage des savoirs, notamment entre jeunes chercheurs et enseignants-chercheurs. Présente sur les cinq continents, la revue Synergies a pour ambition de renforcer la dynamique, nécessaire dans le domaine de la recherche et de l'enseignement, entre pratiques et réflexions. La revue Synergies constitue en outre un excellent observatoire des mouvements des langues, et un instrument d'action précieux, dans l'espace ondial, en faveur du développement du français langue internationale dans un contexte respectueux d'une écologie équitable des langues et cultures. Elle s'adresse à un public diversifié (étudiants, professeurs, chercheurs, formateurs et responsables de politiques linguistiques et éducationnelles) qui a en commun le souci des langues." (revisité le 06-04-2015)

 

Tropes et figures de rhétorique (02-02-13)
Les tropes et les figures de rhétorique ne sont pas des objets désuets, ou inutiles. Au contraire, ces procédés de la signification sont au coeur de l’expérience quotidienne du langage, dans ses diverses réalisations. De même que le bourgeois de Molière est un prosateur qui s’ignore, de même nous produisons des énoncés, recevons des messages qui sont codés, charpentés selon des intentions que l’on prévoit et perçoit pour la plupart, mais dont l’origine nous échappe, incontrôlée. La grammaire met à jour la mécanique morphosyntaxique de la langue, l’astronomie dresse une carte de la nuit et des étoiles, la rhétorique elle, nomme ces intentions qui gouvernent le sens. Car nommer est un plaisir, celui de donner un nom aux choses, afin qu’elles ex-sistent, sortent, identifiées, du continuum. Un arbre ne sera qu’un arbre tant qu’il ne sera pas devenu un cèdre, un olivier, un frêne, un tilleul. Nommer, c’est faire un pas vers l’objet et le reconnaître, non se l’approprier ou le soumettre. Le recueil que nous proposons ici n’est pas exhaustif, loin s’en faut. Il s’agit d’une liste subjective qui recense les tropes et figures qui nous apparaissent comme les plus pertinents en pédagogie des langues, du français en particulier. Nous voudrions que ces moyens de production du sens puissent trouver leur place dans des activités d’apprentissage, comme la grammaire, la phonétique, la lexicologie, la culture l’ont trouvée. A cet égard, des exemples d’application, s’appuyant principalement sur des études de documents publicitaires, pourront être consultés. (revisité le 06-04-2015)

 

Liens brisés

 © LittératureS & CompagnieS

R23-01-16


 

Le symbolisme de la spirale est opposé à celui du cercle; le cercle est religieux, théologique; la spirale, comme le cercle déporté à l'infini, est dialectique : sur la spirale, les choses reviennent, mais à un autre niveau : il y a retour dans la différence, non ressassement dans l'identité (pour Vico, penseur audacieux, l'histoire du monde suivait une spirale). La spirale règle la dialectique de l'ancien et du nouveau; grâce à elle, nous ne sommes pas contraints à penser : tout est dit, ou : rien n'a été dit, mais plutôt rien n'est premier et cependant tout est nouveau.
Roland Barthes, l'Obvie et l'Obtus, p 199

 

“The time is out point”  
(Le temps est hors de ses gonds)

Shakespeare, Hamlet  

(…) pourquoi nos sociétés riches et libres sont-elles devenues incapables d’exercer durablement  une influence émancipatrice sur le reste du monde ? Pourquoi les Lumières dont nous pensons encore être encore les messagers se trouvent-elles récusées – ou combattues – un peu partout sur la planète ?

Jean-Claude Guillebaud  La Trahison des lumières, p 28, 1995

 

Le mondial contre l’universel

Depuis des siècles, la question de l’universel hante l’histoire occidentale. C’est une «question maudite». Elle alimente quiproquos et malentendus. Elle brouille les catégories, subvertit les positions religieuses ou politiques, fait périodiquement lever fantasmes et intolérances. Elle nourrit également des symétries simplificatrices: l’universel opposé au particulier, l’émancipation citadine contre le crétinisme villageois, l’aspiration au même congédiant la singularité, l’internationalisme planétaire substitué au chauvinisme  national, l’aventure de l’esprit contre l’enracinement naturalisme, la morale contre la pluralité des valeurs, l’idée contre le lieu, l’errance créatrice contre l’enracinement, etc. Derrière ces dualismes querelleurs, la même question se trouve opposée: celle de l’universel. Elle peut être formulée en peu de mots: existe-t-il un principe d’humanité, une valeur d’essence supérieure, capable de transcender les différences de races, de culture ou de sexe pour définir notre commune humanité ? Cette valeur doit-elle l’emporter sur toues les autres ? Voilà bien une question décisive.

Jean Claude Guillebaud, La Refondation du monde, Seuil ed, p 185, 1999.