Littérature
Philosophie
Psychanalyse
Sciences humaines
Arts
Histoire
Langue
Presse et revues
Éditions
Autres domaines
Banques de données
Blogs
Éthique, Valeurs
Informatique, Média
Inclassables
Pays, Civilisations
Politique, Associatif
Sciences & techniques
Mélanges
Textes en ligne
Compagnie de la Lettre

Au Temps, Dictionnaire
Patrick Modiano


Quitter le Temps Blog

Quitter le Temps 2

Décoller du Temps

re présentations

Ressources universitaires

Plan du site
Presentation in english
Abonnement à la Lettre

Rechercher

© LittératureS & CompagnieS
1999-2017

 

Roland Barthes (1915 - 1980)

Biographie

 

L’auteur : Roland Barthes (1915 - 1980)Écrivain, critique et sémiologue, Roland Barthes fut l'un des principaux animateurs de l'aventure structuraliste française. Le Degré zéro de l'écriture, paru en 1953, fut rapidement considéré comme le manifeste d'une " nouvelle critique " soucieuse de la logique immanente du texte. Ses Mythologies (1957) le firent connaître d'un vaste public. Enseignant à l'École pratique des hautes études dès 1962, Roland Barthes occupa la chaire de sémiologie du Collège de France de 1977 à 1980. Avec Le Plaisir du texte (1973), Roland Barthes par Roland Barthes (1975), Fragments d'un discours amoureux (1977) et La Chambre claire (1979), Roland Barthes renouvela profondément les rapports de la théorie et du romanesque.

•Elevé par sa mère, Barthes est atteint étudiant d’une tuberculose récidivante. Ses cures en sanatorium sont l’occasion de lire énormément dans un climat d’isolement au monde. Il passe un diplôme d'études supérieures sur la tragédie grecque. La maladie l’écartant de l’agrégation de lettres, il sera successivement bibliothécaire puis lecteur à Bucarest et à l’Université d’Alexandrie. Il s’intéresse à la linguistique, à la sémiologie, puis participe à la création de la revue Théâtre populaire pour laquelle il écrit de nombreux articles. Il collabore également à Esprit, Arguments, France-Observateur, Combat : l'ensemble de ses courtes études consacrées à l'imaginaire quotidien des Français paraîtra en 1957 sous le titre Mythologies. Parallèlement, les Essais critiques, qui seront recueillis en 1964, manifeste une passion très éclectique pour la littérature (le Nouveau Roman, la Bruyère…).

•Chef de travaux à la VIe section de l'Ecole Pratique des Hautes Etudes en 1960 (Sciences économiques et sociales), puis directeur d'études (Sociologie des signes, symboles et représentations), en 1962, Barthes consacre désormais une grande partie de ses activités à l'enseignement. Le théâtre, l'engagement dans le débat politique, l'éloignent de ses préoccupations. Son éclectisme lui vaut lareconnaissance du public autant que les critiques souvent violentes de ses collègues.

•Ami de Julia Kristeva et Jacques Derrida, il évolue vers un post-structuralisme beaucoup plus souple. Fatigué par les événements de 68, Barthes enseigne en 1969 et 1970 à l'université de Rabat. En 1970 paraît L'Empire des signes, écrit après les trois séjours que Barthes a effectués au Japon, de 1966 à 1968. Le texte témoigne d'une fascination heureuse pour un Orient utopique. Parallèlement à ses activités d'écriture, Barthes continue de jouer du piano en amateur et pratique à partir de 1971 le dessin et l'aquarelle.

•Barthes évolue toujours plus vers un hédonisme qui refuse systématiquement les doctrines en politique comme ailleurs. Fragments d'un discours amoureux, en 1977, rencontre un très grand succès éditorial.

•Sur une proposition de Michel Foucault, l'élection de Barthes en 1976 au Collège de France, à la chaire de Sémiologie littéraire, vient couronner une carrière universitaire, à la fois prestigieuse et marginale. Barthes y commence son enseignement par un cours intitulé "Comment vivre ensemble : Simulations romanesques de quelques espaces quotidiens".

•La mort de sa mère, le 25 octobre 1977, ouvre une période difficile dont La Chambre claire, consacré à la photographie et à la mort, se fait l'écho. Ecrit du 15 avril au 3 juin 1979, le livre paraît en janvier 1980 et rencontre un grand succès. •Victime d'un accident, Barthes meurt prématurément à 65 ans. Il laisse quelques feuillets intitulés Vita nova : dans ces esquisses d'un roman en gestation s'exprime le désir d'une renaissance par l'écriture

 

Liens brisés