Littérature
Philosophie
Psychanalyse
Sciences humaines
Arts
Histoire
Langue
Presse et revues
Éditions
Autres domaines
Banques de données
Blogs
Éthique, Valeurs
Informatique, Média
Inclassables
Pays, Civilisations
Politique, Associatif
Sciences & techniques
Mélanges
Textes en ligne
Compagnie de la Lettre

Au Temps, Dictionnaire
Patrick Modiano


Quitter le Temps Blog

Quitter le Temps 2

Décoller du Temps

re présentations

Ressources universitaires

Plan du site
Presentation in english
Abonnement à la Lettre

Rechercher

© LittératureS & CompagnieS
1999-2017

 

David Rousset

L'univers concentrationnaire

Editions de Minuit, 192 pp.

 

III

Dieu a dit qu'il y aurait un soir et un matin

Tous les matins, avant l'aube, le marché des esclaves. Les Gummi frappent les crânes, les épaules. Les poings s'écrasent sur les visages. Les bottes tapent, tapent, et les reins sont noirs et bleus et jaunes. Les injures tonitruent. Des hommes courent et se perdent dans les remous. D'autres pleurent. D'autres crient. Les concentrationnaires se cognent, s'enrouent de jurons, se chassent d'un Kommando à l'autre. L'aube lentement froide, en quelque saison que ce soit. Les équipes de travail se forment. Kapos et Vorarbeiter, des négriers. Leur alcool du matin: frapper, frapper jusqu'à la fatigue apaisante. À quatre heures, le sifflet mitraille le sommeil. La matraque secoue les lenteurs. L'atmosphère du dortoir est gluante. Les insultes installent la journée dans les cerveaux, en français, en russe, en polonais, en allemand, en grec. La longue attente heurtée, bousculée, criarde, pour le pain et l'eau tiède. Maintenant, sur cinq, zu fünf. Un peu avant six heures, le S.S. va passer en revue les équipes de travail. Il se tient là, devant les hommes gris, un poing sur la hanche, les jambes écartées, le fouet, une longue lanière de cuir tressée, dans l'autre main. Les bottes brillent, claires, nettes, sans une trace de boue.
La dure et lente journée faite d'anxieuse attente et de faim. Pelles, pioches, wagonnets, le sel épais dans la bouche, dans les yeux, les blocs à enlever, les rails à placer, le béton à fabriquer, transporter, étendre, les machines à traîner, et S.S., Kapos, Vorarbeiter, Meister, sentinelles qui frappent jusqu'à la fatigue apaisante.
Lorsque les Américains approcheront, ce sera la fuite obligatoire, insensée, vers nulle part. Des wagons de cent cinquante, cent soixante hommes, une faim hideuse au ventre, la terreur dans les muscles. Et, la nuit, les Häftlinge s'entretueront pour dix grammes de pain, pour un peu de place. Le matin, les cadavres couverts d'ecchymoses, dans les fossés. À Woebbelin, il faudra monter la garde des morts avec des gourdins et tuer ceux qui mangent cette chair misérable et fétide des cadavres. Des squelettes étonnants, les yeux vides, marchent en aveugles sur des ordures puantes. Ils s'épaulent à une poutre, la tête tombante, et restent immobiles, muets, une heure, deux heures. Un peu plus tard, le corps s'est affaissé. Le cadavre vivant est devenu un cadavre mort.
Dans la nuit, les hommes se massent sur cinq. La neige est partout. Les phares de la porte principale beuglent dans la tempête comme des cornes barbares et puissantes. Quarante-cinq mille détenus montent vers la Grand-Place. Tous les soirs, immanquablement. Les vivants, les malades et les morts. Les injures rongent les lèvres et se taisent devant les dieux de la porte principale. L'orchestre ironique et bouffon scande la marche lente d'un peuple hagard. C'est un univers à part, totalement clos, étrange royaume d'une fatalité singulière. La profondeur des camps.»

 

Liens brisés

 © Editions de Minuit